L' Âme Des Maux

L' Âme Des Maux

L'étrangère

 

L’étrangère

 

 

 

Les bras en croix,

Et le corps dénudé.

Regardant le sombre,

Écoutant le silence.

 

 

Et plus loin dans le ciel,

Ronflements d’un avion.

Par les moutons, étouffé.

 

 

Une musique lancinante,

Sur un vieux mange disque.

Qui tournerait plus rond,

D’avoir tant bien servi.

 

 

Et se faisant écho,

Au travers de la nuit.

Fidèle à son maître tourneur, Marconi.

 

 

Une voix féminine s’élevait…

Trémolos dans les mots,

Imagés de ces films.

De ces vieux noirs et blancs.

 

 

Dialogue d’antan,

Ou acteurs si vivants.

La moiteur d’un été.

Liberté de mon âme.

 

 

De toutes ces années,

De richesse et d’enclave.

Le cœur à l’apogée,

Sans jamais être esclave.

 

 

Sous quelques airs de Beckett..

 

 

Etrangère d’un été,

Voyageuse du passé.

Dans un monde nuancé,

C’est en moi qu’elle vivait.

 


 

Marie G.



22/07/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres