L' Âme Des Maux

L' Âme Des Maux

Hélia

Hélia

  

Comme un corps mort. Les yeux au ciel.

Elle gisait là, sous la lumière.

Les moutons blancs, glissant leurs ombres sur le grand champ d’espace.

Les oiseaux s’animent, les feuilles s’agitent.

Hélia respire l’air du temps.

La candeur d’avant…Comme isolée du monde.

Elle ferma les yeux pour écouter le bruit du vent.

Le craquement des branches sous les bruissements d’ailes.

La pureté éternelle.

Emprisonner ce moment, avant que tombe le jour.

Le corsage défait sur sa peau de velours. La jeunesse insolente, impudeur d’un nouveau jour.

Leurs bouches s’étaient goutées. Les mains s’étaient serrées…

Elle caressait les herbes, le corps immobile. Se repassant les scènes de son secret d’été.

Puis elle sombra dans les rêves. Un soupir sur les lèvres.

Les oiseaux s’envolèrent, laissant la jeune femme à son bel amant.

...Hélia était devenue femme à présent.

 

 

M.G



17/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres