L' Âme Des Maux

L' Âme Des Maux

Un rêve

  

Un rêve

  

 

Le vent se déchaîne, l’orage menace,

Dans la nuit avancée l’insomnie s’est glissée.

L’air s’immisce poussant les rideaux,

Pour venir lentement caresser ma peau.

 

Éclairs par la fenêtre puis tonnerre tout là haut.

 

 

Dans ce manoir cette nuit,

Des-chaînes des envies.

Sur un chant rien qu’à lui.

  

Grincement des portes, craquement du plafond.

Et minuit retentit en esprit travesti.

  

Au loin, le faible murmure du vent.

Quelques feuilles qui s’agitent...

Puis le silence hors du temps.

  

Et je m’envole sans trop savoir comment.

Près du lac, j’avançai, l’esprit encore agité.

La pluie s’était arrêtée et le vent retombé.

  

 

Mes pieds nus, sur l’herbe, si douce…

  

 

Devant moi je contemplais une lumière spectrale.

Sans pouvoir bouger, comme hypnotisée.

Des yeux couleur de jade,

Venaient me transpercer.

 

D’un regard lent, ils m’indiquaient un arbre.

Là, j’aperçus un objet en forme d’étoile,

Petit et si joli...

  

 

Tel un diamant.

  

 

M’approchant pour le ramasser, un vertige soudain me fit basculer

Mais que m’arriva-t-il ?

Puis je perdis connaissance.

 

 

Là, les yeux mi-clos, je réalisais.

Le soleil, derrière les persiennes, s’invitait, sournoisement,

A soulever mes paupières.

 

 

Ce n’était donc qu’un rêve !

  

 

Dehors, sur l’herbe, couleur de jade, quelques paillettes.

Jolis diamants, déposés par la pluie…

  

 

Pourquoi ne pas aller se promener, par cette belle journée?

  

Et près du lac, je m’assiérai auprès de mon grand chêne…

  

 

 

M.G



09/07/2011
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres